NormanFaitDesVidéos, du buzz, et même de l’argent !

NormanFaitDesVidéos (Capture d'écran)

Vous l’avez surement croisé sur la toile, NormanFaitDesVidéos fait le buzz depuis quelques mois.

Un plan fixe,  sans décor, sans fioritures, mais une tchatche efficace.

Détrompez vous : derrière ses airs de jeune prépubère qui raconte sa vie dans des podcasts homemade, Norman Thavaud, 24 ans, n’est plus un amateur.

« C’est vrai que je fais jeune et j’en joue » admet Norman, qui n’est pourtant pas un bleu de la vidéo.

Après une licence de cinéma à Paris 1 ou il multiplie les courts-métrages burlesques, Norman finit par faire du montage de clips, principalement sur internet.

« Sur mes cinq stages, je me suis fait virer quatre fois ! » s’amuse-t-il. Plus la peine de se faire violence, maintenant c’est officiel :

« Je suis extrêmement content, je peux grailler grâce à mes vidéos ! »

Des partenariats avec Youtube, « quelques évènements par-ci par-là« , Norman peut vivre sa passion.

Un manager, un vrai, pour faire face au succès

Dans sa dernière vidéo, Norman brise les tabous du porno sur Internet :

Image de prévisualisation YouTube

Du coup, Norman Thavaud a un manager, un vrai, qui écoute attentivement les interviews qu’il donne et organise ses rencontres.

« Mais c’est pas du tout un produit marketing ou un projet monté depuis des années, ça s’est fait au fur et à mesure. »

En effet, son impresario est un « pote de longue date », à qui il a finalement fait appel pour faire face au succès.

« Je m’y attendais pas du tout »

« Ça fait cinq ans que je fais des vidéos rigolotes – ou pas – sur le Net. » A l’époque, Norman les fait avec son meilleur pote, Hugo, rapidement rejoints par un troisième, Marc.

Leur groupe,  le « velcrou » se fait une petite notoriété sur la toile :

« Ca marchait bien, on avait quelques milliers de vues, on faisait partie des humoristes du net quoi. »

A côté du Velcrou, Norman entretient son propre site : « Un blog d’appoint pour parler de ma vie, comme un journal intime. » Et c’est ce site qui finit par « faire le buzz comme on dit ».

C’était il y’a six mois. Norman revenait d’une séance de ping-pong  avec son colocataire :

« Je me suis dit qu’il fallait absolument que je raconte cette expérience aux internautes, on a joué qu’avec des énergumènes, c’était juste du délire ! »

Norman fait ses vidéos dans le salon de son HLM de 50m2, face à une grande baie vitrée qui lui éclaire le visage.

«C’était le meilleur coin de l’appart, ou en tous cas le moins dégueulasse.»

Il se filme avec « une petite caméra nulle achetée sur Ebay », sans caméraman, sans ingé-son, sans chef opérateur. NormanFaitDesVidéos, seul.

En arrière plan, on peut voir une pile de jeux vidéos, mais qu’on ne s’y trompe pas : ce n’est pas Norman le « fat geek » de la maison, c’est son coloc.

D’ailleurs, il est un peu vexé que ses fans n’aient pas remarqué la biographie de Jacques Tati qu’il a judicieusement placé sur l’étagère derrière lui dans sa dernière vidéo, et qui le représente beaucoup plus.

« Pas envie de foncer à la télé pour faire un truc moins bien »

Chez lui, « Sergy », le chat, est aussi en train de devenir célèbre. « Les gens commencent à le kiffer, ça me saoule. » Norman n’a pourtant rien à lui envier, car les propositions pleuvent :

« C’est hallucinant : des télévisions, des boîtes de production, des éditeurs pour monter des one man show et des spectacles ! »

Il est flatté, mais à moins qu’il ne puisse imposer son concept, Norman décline :

« Je prends mon temps, j’ai pas envie de foncer à la télé si c’est pour faire un truc qui marche moins bien.« 

Pour lui, l’avenir est sur Internet : « Ge fais autant d’audimat que sur n’importe quelle chaîne. »

On a essayé de vous dégoter le thème de la prochaine vidéo, sans succès :

« Je sais pas encore ce que je vais faire, j’ai plein d’idées, je note mes vannes dans mon carnet, et quand je tiens un thème complet, je me lance ! »

Posted in A la une | 9 Comments

Leos Carax retrouve Denis Lavant au cinéma

Mauvais sang

Juliette Binoche et Denis Lavant dans "Mauvais sang", 1986 (Collection Christophe L.)

Douze ans après Pola X, l’iconoclaste Leos Carax prépare son nouveau long-métrage, Holly Motors. Et s’apprête à retrouver Denis Lavant, son alter ego cinématographique.

L’homme a appris à se faire rare. Quatre longs-métrages en près de 30 ans. Dans les années 2000, il s’efface presque totalement. Hormis Tokyo ! (2008), co-réalisé avec Michel Gondry et Bong Joon-h, Leos Carax aura été totalement absent des écrans.

Depuis cinq ans, il travaillait sur un nouveau projet, qu’il voulait dans la même veine que Les Amants du Pont-Neuf. Avorté. Trop ambitieux. Aujourd’hui, le réalisateur de Mauvais sang, figure culte du cinéma français, revient à quelque chose de plus raisonnable… si ce mot a un sens pour lui.

En 1991, il avait réalisé Les Amants du Pont-Neuf, avec Denis Lavant et Juliette Binoche. Un budget faramineux – 200 millions de francs, faites le calcul -, mais un échec commercial (800 000 entrées).

Image de prévisualisation YouTube

Dans ce nouveau film, Denis Lavant, son acteur fétiche depuis Boy meets girl (1984), interprétera un acteur de cinéma dans une dizaine de rôles différents. Contactée par Les Inrockuptibles, Martine Marignac, la productrice, précise :

« Dans une comédie, un musical, un film noir, un film d’horreur, et même dans la suite des aventures de Merde [le segment de Tokyo! réalisé par Carax] à Paris. »

Le second rôle du film revient à l’actrice Édith Scob (L’Heure d’été). Selon Les Inrocks, le tournage devrait commencer au début du mois d’août.

Posted in Revue de web | Tagged , , , | 2 Comments

Un hommage sonore au commandant Cousteau

Jacques-Yves Cousteau en 1976 (Wikimedia commons)

Avec le Cousteau-mix,  Le Monde.fr rend un bel hommage à Jacques-Yves Cousteau.

Le célèbre commandant aurait eu 101 ans aujourd’hui, une occasion pour le site de rappeler les engagements de ce « précurseur mondial de l’écologie ».

Dans un son bref, Antoine Blin pose les mots engagés de l’homme au bonnet rouge sur la musique du film La vie aquatique, qui célébrait Cousteau de façon humoristique en 2005.

L’océanographe, qui nous a quitté le 25 juin 1997, a œuvré pendant des années à sensibiliser le public au monde de la mer.

De nombreuses autres initiatives devraient être mises en place pour fêter ce centenaire.

Posted in Revue de web | Leave a comment

“Bébés-monstres” en Irak : l’hypothèse nucléaire laisse les experts sceptiques

Capture d'écran du reportage du Guardian

Falloujah, bastion de la résistance irakienne attaqué en 2004 par les Américains, est le berceau de “bébés-monstres”.

Un rapport indique qu’en mai 2010, 15% des nouveaux-nés présentaient des malformations congénitales.

Les scientifiques s’interrogent sur les causes de ce pic de difformités. Les armes utilisées par les Américains pendant l’assaut seraient-elles responsables ?

“Chaque famille ou presque a son bébé-monstre  à Fallouja”,  raconte Angélique Férat, correspondante pour France Info, en reportage dans la ville irakienne.

Dès novembre 2009, les médias commencent à s’alarmer de l’état de santé des enfants de cet ancien bastion de la résistance irakienne.

Le journal britannique The Guardian fait un reportage à l’hôpital général de Falloujah où les bébés gravement mal formés sont de plus en plus nombreux. Le journaliste prend également en photo de nombreux enfants malades.

La chaîne d’information Al-Jazeera veut relayer cet inquiétant phénomène et diffuse des photos très choquantes.

Des recherches scientifiques ont été menées par Christopher Busby, directeur de l’agence de consultation environnementale Green Audit et célèbre pour sa dénonciation des armes utilisant de l’uranium appauvri.

Le scientifique suspecte les armes américaines d’être la cause de ces dégénérescences. La présence de matière nucléaire dans l’armement serait selon lui l’origine du problème.

Dans un rapport à paraître prochainement dans la revue scientifique The Lancet, il dit avoir même trouvé des traces d’uranium enrichi dans des échantillons d’air, d’eau, de cheveux et de terre.

Mais qu’en disent d’autres experts?

Interrogés sur les causes potentielles de ces malformations, Jacques Bessy, militaire de carrière (ancien colonel de gendarmerie et commandant du GSIGN de Versailles-Satory) , et Jean Guisnel, journaliste spécialiste des questions militaires, restent sceptiques sur ces hypothèses.

  • L’uranium appauvri contenu dans les obus américain, potentiel responsable?

Jacques Bessy : “Cette thèse sur l’uranium appauvri me semble surréaliste et je n’ai jamais entendu dire que l’uranium enrichi avait des effets tératogènes [qui entraînent des transformations anormales, ndlr].”

Jean Guisnel : “L’uranium enrichi est utilisé dans les obus flèches, qui servent lors des combats de chars; or il n’y a jamais eu de combats de chars en Irak. Et même si des obus flèches avaient été utilisés, je ne vois pas trop comment ça pourrait provoquer une pollution qui aurait de tels effets. Je pense qu’il y a toute une fantasmagorie autour de l’uranium appauvri.”

  • De l’uranium enrichi retrouvé dans des échantillons d’eau ou de cheveux, est-ce plausible ?

Jacques Bessy : “Je n’ai jamais entendu parler d’utilisation de telles armes par les Américains, mais je pense que c’est peu probable.”

Jean Guisnel : “De l’uranium enrichi, ça me semble très très bizarre…”

  • Quel cause possible alors?

Jacques Bessy : “La seule arme qui ait provoqué des dégats similaires, ce sont des agents chimiques, comme l’agent orange au Vietnam. Mais si jamais les Américains ont utilisé des agents chimiques, c’est impossible à savoir car c’est plus que secret défense. En attendant, s’il y a des gamins monstrueux qui naissent à Falloujah, c’est pas Allah qui les a envoyés, ça vient bien de quelque part.”

Jean Guisnel : “Les agents chimiques peuvent produire ce genre de dégâts. On l’a déjà vu avec la pollution au mercure au Japon par exemple. Pour moi, je pense qu’il faut surtout reprendre l’enquête à zéro, voir si ce scientifique [Christopher Busby] est contesté, et étudier ses travaux dans le détail.”

Posted in A la une | Tagged | Leave a comment

Une éruption solaire en images

Une éruption solaire photographiée par SDO

Une éruption solaire photographiée par SDO

Le Soleil comme vous l’avez rarement vu. Le site d’Owni publie aujourd’hui les images d’une impressionnante éruption solaire qui a eu lieu mardi 7 juin.

Enregistrées par des satellites de la NASA et de l’ESA (Agence spatiale européenne), les photos et vidéos présentées sont à couper le souffle, grâce à des caméras  à très haute résolution.

Le phénomène, qui est assez fréquent, correspond à une libération d’énergie du champ magnétique du Soleil vers la Terre, les particules éjectées pouvant atteindre 1600km par seconde.


Posted in Revue de web, Revue de web, la suite | Leave a comment

Tunisie : le parti islamiste Ennahda tenté par une normalisation façon FN

Les responsables du mouvement lors d'une conférence de presse, le 7 février à Tunis, à l'occasion de leur retour sur la scène politique tunisienne (© Magharebia)

Les responsables du mouvement lors d'une conférence de presse, le 7 février à Tunis, à l'occasion de leur retour sur la scène politique tunisienne (© Magharebia)

Le 23 octobre, les Tunisiens élisent une Assemblée constituante, chargée de mettre en place un nouveau régime politique. Le plus en vue des formations en campagne, c’est Ennahda. Le parti islamiste, interdit sous le régime de Ben Ali, a fêté mardi ses trente ans d’existence. Il soutenait initialement le maintien de cette élection au 24 juillet, mais après l’annonce cette semaine du report, ses responsables se sont finalement rangés à l’avis du gouvernement provisoire.

« Notre objectif n’était pas d’insister aveuglement sur la date de 24 juillet. Nous ne voulions simplement pas que cette date soit fixée par un seul parti mais après concertation et consensus », affirme Samir Dilou, un des responsables du mouvement.

« Une élection en juillet aurait pourtant arrangé le parti« , explique Riadh Guerfali, ancien avocat tunisien, spécialisé en droit public et fondateur du blog collectif indépendant nawaat.org, lancé en 2004 et censuré par le gouvernement de Ben Ali. « Il est déjà connu et implanté. Si les élections avaient eu lieu le 24 juillet, les autres partis auraient eu moins de temps pour se préparer. »

« On peut comparer leur comportement à celui de Marine Le Pen »

Le parti joue la carte de l’apaisement, après sa sortie de l’ombre dictatoriale : Ennahda a été légalisé le 1er mars. Son fondateur, Rached Ghannouchi, en exil à Londres, est rentré en Tunisie le 30 janvier, après la chute de Ben Ali.

Pour Riadh Guerfali, le cadres du parti « font preuve prudence et essaient de rassurer. On peut comparer leur comportement à celui de Marine Le Pen, qui essaye de normaliser le Front national. L’un comme l’autre veulent donner un visage doux à une politique dont la ligne est dure mais le programme flou. »

D’après cet expert, Ennahda ne remet par exemple pas en cause le code du statut personnel, cette série de lois progressistes qui visaient à promouvoir l’égalité entre hommes et femmes, portée dès 1956 par l’ancien président Habib Bourguiba, Premier ministre à l’époque. « On verra ce qu’il en sera après l’élection », nuance néanmoins l’ancien avocat.

Ennahda est ainsi considéré comme un parti islamiste modéré, contrairement au mouvement salafiste Hizb Ettahrir, qui prône une islamisation de la société tunisienne, et qui n’a pas été légalisé.

« Je pense que Ben Ali menait une politique bien plus extrémiste »

Ben Ali, « ennemi de l’islamisme ». Ou du moins rempart à sa montée. Comme dans d’autres pays arabes, la crainte de voir l’entrée d’un courant extrémiste en politique en cas de chute du dirigeant est réelle. Tous les chefs d’Etat, de Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie à Bachar Al-Assad en Syrie, en passant par Hosni Moubarak en Egypte, ont brandi la menace islamiste, quand ils ont senti leurs trônes vaciller.

« Ennahda, c’est un parti islamiste. Mais il n’est pas extrémiste, analyse Riadh Guerfali. Je pense que Ben Ali menait une politique bien plus extrémiste dans le domaine des libertés publiques que n’importe quelle parti islamiste.»

Les intentions de vote pour Ennahda varient entre 25 à 40%, d’après le fondateur de nawaat.org. Des chiffres qui en font le plus populaire en Tunisie. « Mais je ne m’inquiète pas », modère Riadh Guerfali. Il reprend la France en exemple : « Ce n’est pas un vote de 80% en faveur du FN ou pour une Marine Le Pen présidente qui changera 65 millions de Français, qui changera une société. C’est pareil en Tunisie. La garantie, c’est la rue. »

« Ennahda a une grosse visibilité médiatique. Il ne l’a peut-être pas au niveau des électeurs« , conclut Riadh Guerfali. « Le 23 octobre, le parti islamiste pourrait avoir une mauvaise surprise. »

Posted in A la une | Leave a comment

L’UMP et la critique de l’assistanat : “Il faut rejeter en bloc ce débat”

Dominique Pipet CCEn déclarant que « l’assistanat est le cancer de notre société » et en demandant une réforme du RSA, le ministre des Affaires européennes Laurent Wauquiez a ressorti un thème de prédilection de la droite française, repris mercredi lors de la convention de l’UMP sur la « justice sociale ».

Pierre Dardot, philosophe coauteur avec le sociologue Christian Laval de La Nouvelle Raison du monde, un essai sur la société néolibérale (éd. La Découverte) revient sur la notion et exhorte la classe politique a ne pas s’engager dans ce qu’il caractérise comme un « faux débat ».

La notion d’assistanat est-elle nouvelle et pourquoi en parle-t-on aujourd’hui ?

Un certain nombre de personnalités s’en sont emparés récemment, mais en réalité, c’est un thème éculé, déjà utilisé par une droite dure dont le porte-parole était Herbert Spencer, à la fin du XIXe siècle. Pour ces partisans du darwinisme social, qui dénonçaient les « pauvres imméritants », la société devait promouvoir et encourager la « lutte pour la vie ». Pour eux, si les pauvres étaient dans cette situation, c’était de leur faute.

On retrouve tout ça aujourd’hui. Il faut bien sûr considérer la différence de contexte : aujourd’hui, on a une politique qui est mise en place de façon délibérée au plus haut sommet de l’Etat, alors qu’à l’époque, c’était au nom du désengagement total de l’Etat que l’on tenait ce genre de discours.

Dans votre livre, vous insistez beaucoup sur la présumée « liberté de choix » qu’ont les individus dans le système néolibéral…

Parler de liberté de choix, cela consiste à faire comme si les individus n’étaient jamais placés dans des situations qu’ils n’avaient pas eux-mêmes choisies.

On fait comme si, à chaque instant de sa vie, chacun était confronté au défi de se choisir lui-même. Dans cette logique, celui qui ne trouve pas de travail, c’est parce qu’il s’est choisi lui-même comme chômeur. En réalité, il faut rappeler qu’il y a, dans l exercice d’un choix, des conditions qui ne sont pas choisies.

Et il faut mettre l’accent sur ces conditions, qui sont des facteurs de contrainte, et pas sur cette pseudo « liberté de choix ». Ce sont ces conditions qui sont escamotées dans le débat public. A chaque fois, on refuse de traiter un problème social en tant que problème social, mais au cas par cas, en responsabilisant l’individu.

Faut-il donc rappeler aux chômeurs qu’ils ne sont pas coupables de leur situation ?

Ça n’est pas qu’ils ne sont pas coupables, c’est que l’idée même de suspecter les chômeurs de ne pas chercher volontairement du travail, et de se complaire dans la situation qui est la leur, est une idée véritablement ignoble.

Quand oon s’aperçoit que derrière les chiffres – qui sont truqués, il y a quelque chose comme 4,6 millions de chômeurs réels -, il est insupportable de laisser entendre que la majorité de ces chômeurs ont librement choisi de se retrouver dans cette situation.

Il faut refuser en bloc la discussion sur l’assistanat, de la même manière que certains ont refusé courageusement le débat sur l’identité nationale, et imposer une autre logique.

Justement, quelle logique peut-on opposer ?

Il faut penser la solidarité autrement que sous la forme de l’Etat Providence, et considérer que la société a une « dette sacrée » à l’égard de ceux de ses membres qui sont dans l’incapacité de travailler.

C’est la seule solution, me semble-t-il, pour échapper a ce débat complètement empoisonné. Quand on pense que c’est Matignon qui va rembourser sur les deniers publics l’année de salaire de Luc Ferry et l’allègement de l’ISF, il y a de quoi être complètement… indigné, et encore, le mot est faible.

Posted in A la une | 14 Comments

“Numériser les œuvres photographiques pour leur donner une deuxième vie”

Un daguerréotype, ancêtre de la photo (George Eastman House/Flickr/CC)

Un daguerréotype, ancêtre de la photo (George Eastman House/Flickr/CC)

Elle ponctue la programmation des grands musées et investit les rues lors des festivals organisés dans les grandes villes européennes : la photographie, longtemps parent pauvre du monde de l’art, a acquis depuis la fin des années 80 un prestige équivalent à celui de la peinture ou de la sculpture.

Aujourd’hui, les institutions publiques et privées prennent conscience de la nécessité de conserver tirages et pellicules argentiques. En 2010, un plan de numérisation a été lancée par le ministère de la Culture.

Hélène Dussauchoy évoque les difficultés auxquelles est confrontée la Mission ministérielle de la photographie qu’elle dirige et qui doit entre autres soutenir financièrement les détenteurs de fonds photographiques pour qu’ils numérisent leurs tirages.

Comment sélectionnez-vous les projets que vous aidez ?

Associations et particuliers peuvent présenter un projet. On a donc aussi bien la Fondation Gilles-Caron que la Médiathèque du patrimoine qui postulent.

Le processus de numérisation est coûteux, alors quels critères choisir ? Faut-il privilégier les institutions qui veulent numériser seulement leurs photos ayant une valeur commerciale, comme c’est le cas de Lagardère Active, ou bien celles qui mettent en avant des fonds secondaires, précieux pour les chercheurs ?

En outre, il faut faire passer en priorité les cas les plus urgents. Les propriétaires d’oeuvres fragiles, comme les daguerréotypes, qui ne peuvent pas les stocker correctement chez eux, doivent être soutenus.

Pourquoi ne pas proposer à l’Etat d’acquérir ces fonds fragiles, pour les conserver dans de bonnes conditions ?

La BNF et la médiathèque du patrimoine, les Archives nationales ainsi que les petites archives départementales sont les principaux lieux de conservation. Il manque toutefois un grand lieu de stockage à l’échelle nationale, adapté aux contraintes de la conservation : température, humidité…

Dans le cadre de notre mission, un centre de conservation à Arles, devrait voir le jour en 2015. Le ministre de la Culture devrait s’exprimer à ce sujet lors des Rencontres photographiques cet été.

Votre mission a également pour but de valoriser des photographies qui sont numérisées…

La numérisation à grande échelle est d’abord là pour donner une deuxième vie aux photographies qui n’existeront pas éternellement. Elle doit aussi permettre à tout citoyen lambda d’y accéder via Internet.

La mission travaille sur la mise en place de portails, qui permettront de consulter gratuitement les fonds photographiques déjà disponibles. L’idée serait de passer par l’intermédiaire de bases de données déjà existantes, comme Flickr par exemple.

Mais là aussi, ce projet est long à mettre en place, nous nous heurtons à la question épineuse des droits d’auteur. Selon la loi, nous devons obtenir les autorisations de publication pour tous les photographes décédés après 1939.

Posted in A la une | Tagged , , | Leave a comment

Dans les 24 000 mails de Sarah Palin… pas grand-chose

Sarah Palin au gala 2010 du magazine Time

Aucune révélation d’importance n’a été trouvée, samedi , dans les 24 000 mails signés Sarah Palin, publiés vendredi. Et les critiques commencent à fuser sur le temps passé par plusieurs grands médias américains à les éplucher…

Ils demandent depuis deux ans la publication de la correspondance de Sarah Palin à la tête de l’état d’Alaska, entre décembre 2006 et septembre 2008, époque où elle est choisie comme colistière par le candidat républicain à la présidentielle John McCain. Une requête justifiée au nom de la liberté de l’information, sacrosainte aux Etats-Unis.

Depuis hier c’est chose faite. 24000 documents sont disponibles pour la somme de 725 $. Alléchant, certes, mais décevant.

Les avocats de l’état d’Alaska ont conservé les 2 000 pages ayant à voir avec la vie privée de la républicaine ou traitant de thèmes politiques sensibles.

Pas étonnant que l’opération suscite tout de même l’intérêt des médias américains : on sait Palin habituée aux gaffes. En pleine tournée sur la côte Est des Etats-Unis, la probable candidate à la primaire républicaine de 2012 s’est encore illustrée cette semaine en donnant une vision très personnelle de l’histoire américaine.

Les médias US ont donc vite compris le potentiel de ses écrits. Dépassés par leur volume, ils ont invité leurs lecteurs à les consulter et à leur rapporter d’éventuelles pépites… Morceaux choisis.

Pas d’alcool, sauf du champagne

Dans un mail du 6 mai 2007 adressé à sa gouvernante, Sarah Palin demande à ce qu’il n’y ait pas d’alcool dans sa résidence, en particulier au cours des cérémonies où des jeunes sont conviés.

Elle écrit :

« Je veux que nous envoyons le message que nous pouvons renoncer – et que la Maison du Peuple doit renoncer – à l’alcool. »

Mais en juillet 2008, cette bonne intention est reléguée au second plan par une furieuse envie de champagne. « (Mettez-le) dans le réfrigérateur à vins de la cuisine, c’est tout ce dont j’ai besoin en ce moment », commande-t-elle à son personnel.

On ne téléphone pas au volant

Sarah Palin respecte les consignes de la sécurité routière : on ne répond pas à ses mails au volant. Mais, rien n’interdit de prier.

Ce 9 juillet 2008, elle donne son smartphone à sa fille pour répondre à un conseiller, qui l’a apparemment aidé dans une affaire familiale.

« C’est Bristol, ma mère est au volant. Nous vous remercions beaucoup, et Maman et moi nous étions justement en train de prier pour l’aider à supporter les angoisses liées  à son poste de gouverneure. Merci pour votre foi en Dieu. Nous la partageons et nous vous aimons! »

Chasse aux loups

Fin août 2008, Palin est critiquée pour son soutien à la chasse aux loups sauvages en avion. Tandis qu’elle la dit nécessaire au contrôle du prédateur, les défenseurs de l’environnement la voient comme une simple pratique de chasse.

On connaît l’amour de Palin pour la vénerie. Elle est accusée par une association d’avoir tenté d’influer sur un scrutin au sein de l’assemblée locale qui voulait restreindre cette chasse.

Le 21 août 2008, son attachée de presse Sharon Leighow travaille sur une déclaration de l’élue à ce sujet. Elle l’approuve par mail.

« Je n’ai pas hésité à donner mon opinion personnelle sur le contrôle des prédateurs (…) et les habitants connaissent maintenant mon opinion ». Ou comment mettre sur le compte de la franchise une démarche anticonstitutionnelle.

Abba la politique

Avec son procureur général Talis Colberg, Sarah Palin échange de nombreux mails, parlant le plus souvent affaires.
Mais ce n’est pas le cas ce 23 juillet 2008. Colberg explique à la gouverneure comment il s’est récemment changé les idées.
« Je ne connais pas vos goûts en matière de cinéma. Mais hier j’ai été voir « Mamma Mia ». La salle était remplie de femmes. Et j’ai adoré ce film! Pendant deux heures, ma tête a évacué tout ce qui est politique… Si vous aimez Abba, je vous le recommande. J’ai toujours adoré Abba ! »
Une campagne sous tensions

Ce n’est pas un secret: entre les équipes de Palin et de McCain, les deux noms du ticket républicain de la présidentielle de 2008, les relations n’ont cessé de se dégrader à mesure que la défaite devenait de plus en plus inéluctable.
Mais on ignorait que le climat n’était déjà pas au beau fixe dès le début de la campagne.
Dans un mail expédié à Palin par son chargé de comm, William McAllister, un homme identifié comme « Phil » parle des « pirates de McCain » pour désigner les conseillers du candidat qui ont aidé à écrire le discours de Palin.
Ce mail, daté du 3 septembre 2008, a été envoyé alors que la Convention républicaine n’est pas encore achevée.
Et cela ne fait même pas cinq jours que la gouverneure a été sélectionnée comme numéro 2 pour la présidentielle.
Son directeur de campagne a choisi de faire suivre le mail à sa patronne, lui suggérant que les sentiments peu sympathiques qui y sont exprimés sont partagés par les plus importants responsables de sa campagne.
Extraits de la sélection faite par les lecteurs du Huffington Post.
Posted in Manchette | Tagged | Leave a comment

Au FMI, “Lagaffe” Lagarde ou “Dr. Petit rhume” Carstens ?

Christine Lagarde en mai 2011 (Medef/Flickr/CC), Agustin Carstens en janvier 2010 (Banque du Mexique)

Christine Lagarde en mai 2011 (Medef/Flickr/CC), Agustin Carstens en janvier 2010 (Banque du Mexique)

Qui pour remplacer Dominique Strauss-Kahn au FMI ? Depuis vendredi, les candidatures à la succession du Français à la tête du Fonds monétaire international sont closes. Deux postulants seulement se sont déclarés : la ministre française des Finances, Christine Lagarde, et le président de la banque centrale mexicaine, Agustin Carstens.

Ils se disputeront les voix des 24 membres du conseil d’administration du Fonds, qui rendront leur décision d’ici fin juin. Pour savoir qui de la France ou du Mexique verra son champion finalement choisi, Rue86 a scruté les CV des deux postulants.

LES CANDIDATS AU BANC D’ESSAI

Christine Lagarde
Agustin Carstens
  • Française, 55 ans
  • Ministre des Finances
  • Surnommée Christine Lagaffe, parce qu’elle est une pro des bourdes en public : l’essence devient trop cher? « Utilisons les bicyclettes », propose-t-elle.
  • Mexicain, 53 ans
  • Directeur de la banque centrale mexicaine
  • Surnommé « Docteur petit rhume » suite à son mauvais diagnostic de la crise économique mexicaine, « un petit rhume« , selon lui.
LEUR PARCOURS
  • Avocate renommée au barreau de Paris, elle a dirigé le cabinet d’avocats américain, Baker & McKenzie.
  • Elle a également occupé les postes de ministre du Commerce extérieur, de l’Agriculture et de l’Economie.
  • Il est d’abord directeur général adjoint du FMI de 2003 à 2006 avant d’occuper le poste de ministre des Finances de 2006 à 2009
LEURS ATOUTS
  • La ministre française maitrise parfaitement l’anglais et connaît bien la société américaine
  • En 2009, elle est classée 17e femme la plus puissante au monde par Forbes et meilleure ministre des Finances de la zone euro par le Financial Times.
  • Elle peut se vanter d’une expérience solide au sein du G20 et de la zone euro.
  • Sportive, elle ne perd pas son temps pendant les réunions, comme le prouve une vidéo du Petit Journal sur Canal +.
  • Expert en économie, il maîtrise les rouages de l’économie mondiale.
  • Numéro 3 du FMI pendant trois ans, il connaît l’institution comme sa poche.
  • Mexicain, il représente le candidat des pays émergents et entend lutter conter l’hégémonie européenne et américaine.
LEURS POINTS FAIBLES
  • Christine Lagarde attend la décision de la Cour de justice de la république quant à l’ouverture d’une enquête dans l’affaire Tapie-Adidas
  • La France détient déjà beaucoup de postes à responsabilité dans les institutions internationales
  • Les pays émergents veulent la fin du monopole tacite de l’UE sur le FMI
  • L’Union européenne et les Etats-Unis sont réticents à donner la tête du FMI à un non-européen.
  • Critiqué pour sa gestion de la crise mexicaine de 2009 (le « petit rhume »)
  • Doctrinaire pur et dur, c’est un ultra-libéral, formé à l’Ecole de Chicago.
LES MARATHONS DE LEUR CAMPAGNE ÉLECTORALE
  • Avec huit destinations à son tableau de bord, la Française a parcouru le globe pour convaincre les pays émergents du bien-fondé de sa candidatures :
  • Brésil, Chine, Inde, Russie, Arabie Saoudite, Egypte, Portugal
  • Le Mexicain a visité cinq pays pour s’assurer de leur soutien :
  • Canada, Inde, Brésil, Argentine, Espagne
LEURS SOUTIENS
  • L’avocate est de loin la grande gagnante de cette catégorie.
  • Elle cumule des soutien de poids : G8, UE, Afrique subsaharienne, Maroc
  • De son côté, l’économiste ne parvient pas à réunir des appuis de taille :
  • Amérique Latine, Espagne
L’INFO QUI FAIT LA DIFFÉRENCE
  • Christine Lagarde a été vice-championne de France de natation synchronisée en 1971
  • Sa femme, C.M.Mayo, également économiste, est surtout une romancière américaine célèbre

Au final, la Française est en bonne position. En cas d’élection, elle serait la première femme à diriger cette institution internationale. Lors d’une conférence de presse en Inde, elle a précisé :

« Si je suis élue directrice générale, je serai d’aplomb en tant que femme, pas nécessairement en pantalon, et certainement avec un niveau de testostérone qui serait plus faible que celui de beaucoup dans cette pièce aujourd’hui. »

Chasse gardée

Déjà quatre Français ont occupé le poste de directeur du FMI, ainsi que deux Allemands, deux Suédois, un Néerlandais et un Espagnol. Depuis 1944 et la création du Fonds,une règle tacite veut que le dirigeant de l’institution soit européen (et celui de la Banque mondiale, américain). Alors que Carstens demande une élection au mérite, la main-mise des deux puissances devrait perdurer.

Posted in A la une | 1 Comment